« Content is King » déclarait Bill Gates en 1996. Mais le roi est devenu bedonnant… L’abus de contenus est dangereux pour la santé. De fait, si le contenu est plus influent, plus recherché et plus partagé que jamais, il n’a jamais été aussi fragilisé. Omniprésent, il envahit. Noyé dans la masse, il indiffère. Contextualisé, il agace ou sème le doute. Vite consommé, et vite oublié.

Pourtant, le contenu a de l’avenir. A condition de remettre l’humain au cœur des écosystèmes. Face à une ingénierie des contenus raidie de technicité et de certitude, militons pour une humanité des contenus simples, justes et généreux : le Living Content.